A la même époque et dans le même temps (1999-2014), les français emboitaient lentement le pas aux ricains en droguant des enfants, les préparant à bosser sans renacler en bons rouages socialement fonctionnels. Camisole chimique en douceur à la demande des parents, avec accords gouvernementaux et pression des labos pharmaceutiques.

Le méthylphénidate (pipéridine commercialisée sous les noms de Ritaline, Concerta, Quasym, Equasim, Focalin et Medikinet) ne date pas d'hier. Synthétisée en 1954 par Ciba en Suisse, il soigne la dépression et l'hypersomnie, puis en 1960 le TDAH (Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité ), une maladie inventée de toute pièce par Léon Eisenberg à la même époque, invention qu'il a lui-même réfutée en 2009 avant son décès !

Actuellement un débat s'ouvre (!) sur l'abus des prescriptions concernant ce dopant de la performance intellectuelle infantile, trop souvent administré sans raison aux enfants turbulents (+ de 6 ans) et détournés par les étudiants en quête de stimulants. Si la prescription annuelle est délivré à l'hôpital par un psychiatre ou un pédiatre, son renouvellement mensuel est effectué par n'importe quel médecin généraliste. En 1995 Novartis propriétaire du brevet obtient un assouplissement des prescriptions, qui s'envolent, en constantes progressions. En France 500 000 boites de Ritaline sont vendues en 2011. Près de 50 fois plus aux USA car 10% des mômes (garçons surtout) sont traités. Les doses sont certes faibles mais suffisantes pour augmenter la concentration et canaliser l'attention sur une tâche donnée.

Jusqu'à l'été 2013 l'ANSM s'accordait à la FDA dans les textes pour minimiser la liste des effets secondaires et les risques de dépendance ou de sevrage (agressivité, dépression, anxiété, hallucinations, agitation, paranoïa). Ce qui est curieux, car la molécule est classée au tableau des stupéfiants depuis 1971 (psychotrope) et dont le traitement médical est limité à 4 semaines. La consommation depuis 2004 explose dans bien des pays, Europe et Amérique du Nord, avec des pics de 525% (2005-2009 au Danemark). Les enquêtes d'addictovigilance ont rapporté un usage détourné et d'abus.

Depuis fin 2013 la France en restreint l'usage, pendant que les ventes explosent aux USA, Canada, Australie et Mexique.

Le méthyphénidate est la suite logique de son ancêtre, la Pervitin (méthamphétamine), l'amphétamine qui permit aux nazis d'envahir l'Europe avec l'énergie que l'on connait. La Pervitin est découverte en 1919 au Japon, puis brevetée en 1937 et produite en 1938 par Temmler en Allemagne qui commence des tests humains pour développer un surhomme guerrier. Une fois le dosage correctement calculé l'armée s'en empare et la "pilule de Goering" voit massivement le jour. Le pic de production atteindra 35 millions de comprimés un trimestre de 1940 ! Les soldats sont dépendants, amoindris et fatigués, mais ils ne peuvent plus s'en passer sans dormir debout. Des comprimés sont distibués dans les usines d'armement pour tenir les cadences et en compensation de l'effort de guerre. Des centres de désintoxications sont créés pour les faire décrocher. L'été 1941 les prescriptions ralentissent, mais la distribution militaire se compte toujours en millions.

Les autres pays ne sont pas en reste, seul le nom change. Japon : Philopon, Italie : Simpamina D, Américains/Anglais : Méthédrine. De 1942 à 1945 les GI's en consommeront 180 millions de doses ! Actuellement il est encore produit, surtout dans les pays d'Europe de l'Est et aux USA.

Pour revenir au méthyphénidate : Comment va se comporter un étudiant qui consomme de la Ritaline depuis 5 ou 10 ans, quand il va s'en priver, une fois son diplôme en poche ? Je suis dubitatif quant à son insertion professionnelle. L'armée américaine ferme ses portes à ceux qui en usaient avant l'âge de 12 ans...

Cet article fut difficile à écrire, les informations étant nombreuses, parfois contradictoires, et sans doute manipulées par le lobby pharmaceutique. Bien que fils et petit-fils de chimiste, je me suis fait aider pour la compréhension des infos.

ps. La famille des amphétamines est immense et comporte le Prozac, le Ziban, le Sibutral, le Mediator...